dome1_Stephen_King

dome_tome_2_Stephen_King  

             Tome 1                             Tome 2

 

Auteur : Stephen King

Editeur : Albin Michel

Date d'édition : 2011

Résumé de l'éditeur :

Le Dôme :

Personne n'y entre

Personne n'en sort

 

 Mon avis :

    Fidèle à lui-même, Stephen King nous livre ici un roman (en 2 tomes) empli d'horreur. La tension va crescendo du début jusqu'à la fin de cette histoire. Celle-ci se déroule sur une semaine. Elle débute par l'apparition mystérieuse d'un dôme transparent tout autour de la petite ville de Chester's Lill. Ce dôme fait quelques milliers de mètres de haut et s'enfonce profondément sous terre.

    Face à cette situation, les habitants de Chester's Mill doivent s'organiser. Le second conseiller de la ville, Big Jim rennie, prend naturellement le pouvoir(le 1er conseiller venant de perdre sa femme dans le crash d'un avion contre le dôme). Mais, Big Jim est un personnage pas très clair. Il règne sur Chester's Mill grâce à diverses maguoiulles. Face à lui, se tient le colonel "Barbie" Barbara, vétéran d'Irak et cuisinier au restaurant de la ville, accompagné de Julia Shumway, qui tient le journal local et qui n'a jamais porté Big Jim dans son coeur. Big Jim engage une milice de jeunes adultes faisant office de police. Sans expérience, les exactions négatives de ceux-ci ne manquent pas et la terreur s'installe.

    Petit à Petit la tension monte, le sang est versé... jusqu'au choc final. La théorie de l'auteur est à la fois surréaliste et plausible, mais surtout terrifiante.

    Ce roman s'inscrit dans la veine du fléau où une société doit s'organiser pour survivre. Une société où il y a des bons et des méchants, des sceptiques, des personnes qui acceptent la sitution et d'autres qui ne l'acceptent pas... L'écriture est fluide, agréable malgré les 1200 pages que comptent l'ensemble des deux tomes. Ce roman se dévore à toute vitesse.

Le seul bémol que j'apporterai ne vient pas de l'auteur, mais de l'éditeur. Il manque certains mots dans plusieurs phrases. Dommage. Mais, cela n'enlève rien à la bonne qualité de "Dôme" et au plaisir que j'ai eu de le lire.