Sans_titre_1

 challenge_abc

Résumé

 

En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire "oui" : elle veut faire respecter son voeu de s'offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. Mais elle ne se doute pas de ce qui est entré avec elle dans sa tombe... Loin de gagner la solitude à laquelle elle aspirait, Esclarmonde se retrouve au carrefour des vivants et des morts. Depuis son réduit, elle soufflera sa volonté sur le fief de son père et ce souffle l'entraînera jusqu'en Terre sainte.

 

Mon avis

Note_4 

Suite au succès du « Cœur cousu » premier roman de Carole Martinez qui a connu un succès énorme en France (roman que je n’ai pas lu. Peut-être y remédierai-je un jour ?) j’ai vraiment souhaité lire ce roman historique superbement écrit. Le style est très recherché. Il faut quelques dizaines de pages pour s’habituer à ce style très beau mais parfois un peu compliqué. Au fur et à mesure que l’on avance dans le récit celui-ci se simplifie. Ou alors c’est moi qui m’y suis habituée. Toujours est-il que la lecture de ce roman est vraiment très agréable. Les phrases coulent comme de l’eau.

L’histoire racontée n’est pas très gaie. L’ensemble des personnages sont torturés par la vie. Une jeune fille de 17 ans se coupe du monde pour s’offrir à Dieu en se faisant emmurée.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. L’emmurement d’Esclarmonde conduit au bonheur des Murmures, mais contraint son père et un certain nombre d’hommes alentours de partir en croisade, de partir à la mort. Regrettant son geste, trop tardivement elle tente d’y remédier, mais le malheur s’abat sur les murmures.

Le roman alterne récits des croisades, récits d’Esclarmonde et ses pensées. Tout est vu à travers les yeux d’Esclamonde. Son choix de se donner à Dieu lui permet de voir ce qu’il se passe à Jérusalem et les malheurs qui touchent les croisées.

Ce petit côté fantastique n’enlève rien à la beauté du récit.

En conclusion : Même si ce n’est pas un coup de cœur, j’ai passé un excellent moment avec ce roman.