Couverture Les Vestiges de l'aube

 

                           Auteur : David S. Khara

                           Editeur : Michel Lafon

                           Date d'édition : 2011

 

Résumé

 

Manhattan est en proie à une mystérieuse vague de meurtres. Barry Donovan, flic New Yorkais dévoré par le désespoir, mène une difficile enquête. Au détour d’un salon de discussion sur Internet, il fait la connaissance de Werner. Personnage passionnant et hors du temps, il se révèle un ami bien peu commun…

En compagnie du plus humain des vampires, découvrez les secrets enfouis dans les VESTIGES DE L'AUBE.

 

 

Mon avis

 

5__toiles

 

Ah !!! Voilà un roman plutôt original mêlant habilement le suspense policier et le fantastique version vampire. Ce livre n’est pas du tout un livre de bit-lit ; loin de là d’ailleurs, même si la présence du vampire est constante et déterminante. Werner, le vampire, est très gentil. Il est à la pointe de la technologie, malgré la nécessité pour lui de rester caché pour pouvoir vivre. Son mode de vie, plutôt sain pour les humains, ne le contraint qu'à vider un Homme de son sang que tous les les 4-5 ans. Et il semble choisir ses proies avec sagesse. Werner est donc un vampire idéal.

Dans le courant de l’histoire, nous connaîtrons les raisons de la transformation de Werner en vampire. Son histoire est terrible, mais pas autant que celle de Barry, le policier avec lequel il communique par Internet, qui, par un malheureux hasard, a perdu sa femme et sa fille dans les attentats du 11 septembre. Ce drame le hante encore et le hantera toute sa vie. Face à des drames similaires, les deux êtres vont se rapprocher.

Face à la révélation par Werner sur sa nature, Barry aura, une fois l’effet de surprise passé, des sentiments contradictoires vis à vis de son « ami ». Ce n’est pas tous les jours en effet que l’on rencontre un vampire sur son chemin. Mais, je ne vous en dis pas plus…

A vous de découvrir ce roman qui se lit vraiment très bien. L’écriture est très fluide. L'auteur agrémente son récit de nombreuses pointes d’humour vraiment sympathiques. Le style de David S. Khara m’a tellement plu que je me suis lancée dans l’écoute du « Projet Bleiberg ». J’adore aussi.

A la fin du roman, l’histoire, l’enquête se termine. Seulement l’épilogue laisse entrevoir une suite… peut-être plus centrée sur Werner et ses congénères dont il n’est absolument pas question dans ce roman. D’ailleurs, la façon dont Werner est devenu vampire reste très mystérieuse et ne semble pas suivre le chemin traditionnel des morsures… J’ai vraiment envie d’en savoir plus. Vivement la suite.

 

En conclusion : Excellent