couv22512090                            

 

         Auteur : Antonin Varenne

         Editeur : Viviane Hamy

         Date d'édition : 2011

          285 pages

 

 

 

 

 

Un grand merci à Libfly

pour ce partenariat

qui m'a permis de découvrir un auteur très intéressant

 

 

Résumé

 

« Le vieux approchait. Le Mur accéléra pour le croiser à la hauteur du parking souterrain. Tape pas trop fort George, va pas le tuer, l’ancêtre, reste calme. Bendjema s’arrêta et redressa. Qu’est-ce qu’il fout, bordel ? s’inquiéta le boxeur en ralentissant.

C’était un sac d’os. Autour des yeux, au-dessus des pommettes hautes, des rhizomes de rides profondes.
Les lèvres de l’Arabe tremblèrent :

- Qui vous envoie, monsieur ?
Crozat était pétrifié. Une fatigue centenaire embrumait le regard du vieux.
- Vous ne savez pas ? Si vous voulez, je peux vous expliquer. Depuis le tabassage d’Alain Dulac, je savais que je serai le suivant.
- Vous avez une arme dans votre poche ?
- J’ai bien plus que cela, monsieur, j’ai une guerre. »

Un voyage âpre dans le temps : 1957-2009. Dans les mois qui précédèrent sa mort, le père s’était décidé à dire son " refus " de partir pour l’Algérie, et la sanction qui s’ensuivit : l’affectation dans un DOP, un de ces lieux destinés à la " recherche du renseignement par la torture ".

Le talent d’Antonin Varenne a fait le reste. Un exercice sur le fil de l’émotion et du besoin d’exorciser.

Le Mur, le Kabyle et le marin... Un combat contre l’oubli. 2009. Sur un ring, un boxeur observe sans complaisance l’adversaire qu’il va affrontrer , un gamin de vingt ans...

Faisant fi du manichéisme, le roman bouleverse par la justesse du plus humble de ses personnages, comme par son intuition des rêves d’une génération saccagée.

 

Mon avis

4__toiles

Au tout départ, ce roman m'a énormément dérouté. Le style d'écriture est très oral, très familier, mais je m'y suis habituée très rapidement. Et très rapidement, également, je suis rentrée dans cette histoire qui se promène entre le milieu de la boxe de nos jours, la guerre d'Algérie et les brouilles entre flics...

Le roman est découpé en deux parties : la première alterne l'histoire du Mur, d'un côté, flic paumé qui extériorise au travers de la boxe et qui se laisse entraîné dans une histoire extrêmement louche. De l'autre côté, l'histoire de Pascal qui se retrouve en Algérie dans un camp de torture et ce, contre son gré. Le Mur et Pascal vont tous les deux essayé de survivre. Dans cette partie, nous n'entrevoyons à aucun moment le rapport entre les deux histoires.

Un petit tour de "passe-passe" permet de faire le lien entre les deux histoires et nous arrivons, ainsi, à la seconde partie où tout s'éclaire. Seconde partie dans laquelle le Mur, le kabyle et le marin vont traverser la France pour arriver à Marseille, port de départ pour l'Algérie. Les trois hommes se cherchent. Le Mur recherche sont passé qui est particulièrement floue. Le kabyle essaie de se réconcilier avec son passé, mais... Le marin lui essaie de sortir indemne de cette escapade. Chacun se remet en cause, les doutes les assaillent.

En conclusion : Roman très noir qui dévoile certaines choses sur les cruautés de la guerre d'Algérie, sur les dessous des matchs de boxe. Roman dans lequel la police est malmenée. Mais roman qui se lit bien.