Couverture Pardon

Gail Jones

Mercure de France, 2008

336 pages

 

4è de couverture : Au coeur du bush australien, Nicholas Keene, un anthropologue anglais ultra-violent, est assassiné chez lui. Les trois femmes qui l’entouraient avaient toutes une raison de le haïr : son épouse, sa fille de10 ans, et Mary, une indigène dont il abusait souvent. S’ébauche alors une vérité extrêmement dérangeante, qui prendra des années à être totalement dévoilée. Dans ce roman de l’enfance, Gail Jones dépasse la question aborigène et déborde sur l’inadaptation aux normes sociales.

 

 

Mon avis

3__toiles

 

Roman écrit avec pudeur sur des évènements durs : le meurtre d'un homme. Homme qui a rendu malheureux toute sa famille. Sa femme, Stella, qui passe son temps à déclamer des vers Shakespeariens devient folle à force de vivre pauvrement dans le bush australien ; elle qui avait une bonne situation en Angleterre avant d'épouser Nicholas, chercheur anthropologue. Tous deux ont une fille non désirée, nommée Perdita. Celle-ci, personnage principal du roman, aura du mal à faire sa place entre ses deux parents qui ne s'intéressent pas à elle. Heureusement, elle peut compter sur Billy, garçon sourd et muet, ainsi que sur Mary, jeune aborigène au service de sa famille.

Tout au long du livre, nous suivons Perdita, accablée par des problèmes d'insertion ; tout d'abord dans sa famille pouis à l'école. Perdita sera marquée très fortement par l'assassinat de son père.

Cet assassinat ressort en filigranne tout au long du roman. Ce meurtre affecte le récit. Il affecte les personnages : Perdita se mettra à bégayer. Marie ira en prison. Stella passera de longs séjours à l'hôpital. Billy et Perdita seront séparés.

Ce roman montre les comportements des cinq protagonnistes avant le meurtre, puis la survivance des quatre témoins qui en auront tous soufferts à leur manière.

Dans ce roman, il y a souvent des longueurs. Mais, parfois quelques paragraphes magnifiques réhaussent le récit.

En conclusion : roman sur les non-dits, parfois un peu long à lire.

 

Roman à tranche blanche

+

Auteur originaire d'une île

 

11/26